Imagine Canada

Pour la cause. Pour la communauté.

2016 vu par notre blogue : une année de défis et d’accomplissements

Mardi, 13 Décembre, 2016
Imagine Canada
About Us
Nouvelles sur le secteur

Que faut-il retenir de l’année 2016? De fait, elle a été déclarée la pire de l’histoire par certains sites de culture populaire et médias traditionnels (en anglais) avant même qu’elle ne soit terminée. Plusieurs célébrités nous ont quittés au cours des derniers mois et nous avons été témoins du vote sur le Brexit et des élections américaines (l’interprétation des résultats dépend, bien sûr, du point de vue de chacun), de la crise de réfugiés déclenchée par la guerre en Syrie, de Jeux olympiques aux défis titanesques, de la crise du Zika, de la situation à Standing Rock, etc. Malgré tout, nous ne devrions pas oublier ces grands moments et accomplissements qui ont, eux aussi, marqué les douze derniers mois. C’est pourquoi nous vous proposons cette revue de l’année 2016 du point de vue des organismes de bienfaisance et sans but lucratif avec un tour d’horizon de notre blogue.

Réagir à l’actualité

Nous avons démarré l’année avec une discussion animée sur le phénomène du « philanthrocapitalisme » après que Mark Zuckerberg et sa femme Priscilla Chan ont annoncé qu’ils engageaient à consacrer 99 % des leurs actions Facebook (d’une valeur de 45 milliards de dollars) pour créer divers projets caritatifs. Au Canada, le gouvernement fédéral a accéléré le rétablissement de milliers de réfugiés syriens en réponse à la crise persistante qui ravage leur pays, et de nombreux organismes de bienfaisance et sans but lucratif ont joué un rôle indispensable dans ce processus. Toujours sur la scène fédérale, notre secteur, et tout ce que nous avons à offrir, a été largement absent du premier budget présenté par le nouveau gouvernement. Puis, en juin, le monde a appris avec stupéfaction le résultat du vote sur le Brexit, ce qui nous a amenés à réfléchir à ses répercussions.

Un milieu de travail en évolution

Les lecteurs de notre blogue s’intéressent particulièrement aux questions de ressources humaines et de leadership. L’évaluation de rendement de la direction générale revêt un intérêt particulier pour les conseils d’administration, tout comme la planification de la relève. À l’échelle nationale, la diversité culturelle de la population ne cesse d’augmenter et nous nous devons de faire des efforts et prendre les mesures nécessaires pour mieux représenter cette diversité dans nos organisations. Enfin, quels que soient le rôle et le poste qu’une personne occupe dans une organisation, c’est la façon dont les leaders se perçoivent dans leur contexte de travail qui fait une différence et leur permet, à eux et à leur organisation, de mieux réussir. Pour permettre à nos leaders de demain de grandir et les aider dans ce développement, nous devons absolument contrer les mythes au sujet des jeunes et le travail dans le secteur des OSBL.

Communiquer et se protéger

La communication marketing peut servir à différents objectifs et responsabilités. Cependant, le marketing se retrouve souvent greffé à la collecte de fonds, ce qui peut constituer un frein pour une organisation. Les organismes découvrent de plus en plus qu’en réalité, les différentes facettes de la communication marketing peuvent les aider à mieux réaliser leur mission. En adoptant une démarche stratégique, il devient d’ailleurs impératif de savoir attirer l’attention de nos partenaires et de communiquer efficacement l’impact de notre travail, ce que la visualisation de données nous permet de faire. Et n’oublions pas que tout en développant nos compétences de communicateurs marketing, nous devons aussi apprendre à protéger adéquatement notre propriété intellectuelle.

L’univers du financement

Connexion subvention, une plateforme en ligne gérée et maintenue par Imagine Canada, a soufflé ses 50 bougies en 2016. Cet anniversaire a donné lieu à quatre Soirées du secteur organisées à Montréal, Toronto, Vancouver et Calgary pour discuter de l’avenir de la philanthropie. Connexion subvention continue à créer des ponts entre les organismes et les bailleurs de fonds qui défendent les mêmes causes et ainsi à faciliter le travail des responsables du financement. Nous avons commencé 2016 avec quelques résolutions pour permettre aux collecteurs de fonds de démarrer l’année du bon pied. Ensuite, nous avons discuté de la lettre d’intention, un élément crucial du processus de demande de subventions qui témoigne de votre aptitude à résumer adéquatement et à « vendre » votre projet. Avant même de commencer le processus de demande, il faut savoir cerner les attentes des bailleurs de fonds. Bien sûr, il faut parler des frais administratifs. La définition de ces frais varie d’un bailleur de fonds à l’autre et il faut savoir comment les intégrer à une demande. Qu’en est-il des introvertis en philanthropie? Il ne faut surtout pas les sous-estimer, car ils ont de nombreuses qualités à offrir!

Politiques publiques, défense des intérêts et travail en réseau

L’arrivée d’un nouveau gouvernement à Ottawa a conscientisé les organismes à la nécessité de savoir défendre efficacement leurs intérêts dans l’arène politique et certains ont voulu en savoir davantage pour présenter leurs demandes de façon créative. Nous avons été surpris par la décision d’annuler l’exonération d’impôt pour les gains en capital résultant du don d’actions de sociétés privées et de biens immobiliers alors que nous travaillons d’arrache-pied pour créer un environnement fiscal susceptible d’encourager les gens à donner. Sur une autre note, les organismes de bienfaisance touchés par une vérification de leurs activités politiques semblent avoir attiré leur lot d’attention au cours des dernières années. Une situation qui a créé un certain « froid » dans le milieu. Cette année, nos équipes de recherche et de politiques publiques ont étudié l’effet du « froid » sur les autres organismes de bienfaisance et ont regardé de près comment les organismes de bienfaisance déclarent leurs activités politiques. Pour faire pleinement fructifier l’expertise et l’énergie présentes au pays, Imagine Canada a adopté le travail en réseau pour ses activités de politiques publiques afin de mettre l’accent sur la réussite par la collaboration. Ce nouveau modèle de travail a été accueilli avec enthousiasme comme en témoigne la présence de plus de 40 organismes sur la Colline du Parlement dans le but de réclamer un environnement de fonctionnement plus favorable à leur travail.

Auteurs invités, expertise et perspectives variés

Tout au long de l’année, nous avons tenu à intégrer à notre blogue différentes perspectives provenant du secteur en publiant des billets de réflexion et des articles pratiques rédigés par de nombreux auteurs invités (la présente revue de l’année comprend bon nombre de leurs contributions). Cette démarche nous permet de discuter de divers sujets et d’entendre des professionnels aux expertises variées. Ainsi, nous avons eu la chance de discuter des avantages et inconvénients qui accompagnent l’ouverture des réunions du CA au public et nous avons appris sur les possibilités d’appuyer les administrateurs dans la gestion des risques. De plus, la question du bénévolat a été abordée sous plusieurs angles, en autres en parlant des services professionnels pro bono et du recrutement de bénévoles déjà présents dans nos réseaux.

L’état du secteur et l’avenir des organismes de bienfaisance

De manière générale, notre travail consiste à anticiper l’évolution de la société canadienne et de notre environnement afin d’aider le secteur à s’ajuster et à, pourquoi pas, prendre un rôle avant-gardiste à une époque de perpétuels changements. Imagine Canada s’est doté d’un nouveau cadre stratégique qui guidera notre travail au cours de la prochaine décennie. Au début de l’année, notre économiste en chef s’est penché sur les éléments prédisant du temps orageux pour notre secteur et, quelques mois plus tard, il a projeté l’accumulation d’un déficit social de 23 milliards de dollars d’ici 2026. Or, la bonne nouvelle est que les Canadiens s’en tirent fort bien en matière de qualité de vie comparativement au reste du monde, et les organismes y sont définitivement pour quelque chose. Pour maintenir, voire accroître, la confiance des Canadiens envers leur travail, les organismes de bienfaisance doivent mettre l’accent sur la démonstration de l’impact de leurs efforts et se montrer ouverts et transparents dans leurs activités. C’est alors qu’ils pourront gagner à la fois le cœur et l’esprit des Canadiens.

Nous serons peut-être nombreux à pousser un grand soupir de soulagement alors que nous suivrons le décompte du 31 décembre en attendant l’arrivée de la nouvelle année. Mais n’oublions pas que malgré d’immenses défis à relever cette année, collectivement, nous avons réalisé des choses formidables dont nous pouvons être fiers. Que la fête commence!

Au plaisir de poursuivre nos échanges et notre collaboration avec vous tous dans les mois à venir! Bonne année 2017!

 

Back to Blog Retour au blogue

Ajouter un commentaire

Nos partenaires nationaux

  • great west life
  • Lawson Foundation
  • Muttart Foundation
  • RBC Foundation
  • Suncor
  • TD Bank
  • investors group

Learn more about our National Partners and other supporters.

Charitable Registration Number: 119218790 RR0001