-A +A

Imagine Canada

Pour la cause. Pour la communauté.

Bâtir sa confiance comme dirigeant dans le secteur caritatif

Mardi, 31 Juillet, 2018
Auteur invité
Kathy Archer
"You got this" written in chalk on pavement

En route vers la réunion, la peur s’installait dans mon ventre. Je ne me sentais pas du tout à la hauteur de ma tâche.

  • Qu’est-ce que j’ai à offrir? 
  • Qui est-ce qui va m’écouter? 
  • Qui suis-je pour diriger cette réunion?
  • Que vais-je faire si quelqu’un me met au défi? 
Voilà les questions qui me tournaient en tête au moment où je gérais une équipe pendant une période difficile. Je manquais de confiance et je ne me sentais pas du tout à la hauteur de mon rôle comme cadre dans un organisme sans but lucratif. Si vous éprouvez des problèmes de confiance, vous connaissez probablement ce genre de pensées qui ne cessent de torturer vos méninges.
 
Le problème est que notre dialogue intérieur est un bon indicateur de notre niveau de confiance. C’est pourquoi il fait bon s’arrêter et porter attention à ce qui occupe votre esprit lorsque vous sentez que vous êtes dépassé par votre rôle, votre équipe ou votre projet.

La confiance part de l’intérieur

La confiance, ce n’est pas ce que d’autres pensent que vous pouvez accomplir. Votre niveau de confiance vient de ce que vous croyez être en mesure de faire. Lorsque nous avons peur, doutons de nos compétences ou hésitons à passer à l’action, nous ne croyons pas en nous-mêmes. Cette croyance ne nous vient pas de l’extérieur, elle naît dans notre esprit.

Lorsque nous remettons une décision à plus tard pour la nième fois ou que nous avons peine et misère à nous faire entendre pendant une conversation difficile, nous manquons de confiance. 
  • Selon notre état d’esprit, nous n’avons aucune idée de ce que nous faisons. Nous suons, notre cœur s’emballe et notre poitrine se serre.
Lorsque nous évitons d’avoir des conversations difficiles ou continuons à remettre à plus tard des projets, notre confiance n’est pas au mieux.
  • Notre voix intérieure nous dit « attention, tu vas te planter! » Un mal de tête s’installe, nous avons de la difficulté à nous concentrer et une boule commence à se former dans notre ventre.

Votre corps réagit en fonction de votre esprit

Parce que votre esprit vous dit que vous n’êtes pas en mesure de faire quelque chose, que vous vous sentez dépassé ou que vous ne savez pas comment faire, votre corps passe en mode « stress », c’est-à-dire, il se crispe et votre cœur s’emballe. Votre voix intérieure vous fait croire que vous allez vous ridiculiser, que vous allez tout gâcher ou que tout le monde saura que vous n’êtes qu’un imposteur. Ces pensées annoncent un danger, et c’est pourquoi votre corps s’apprête à combattre, à fuir ou à geler. Le message « je ne peux pas » lancé par votre cerveau cause une réaction de stress physiologique de votre corps, ce qui se traduit par des comportements exprimant un manque de confiance :

  • Combattre – être sur la défensive
  • Fuir – mettre rapidement un terme à la conversation
  • Geler - procrastiner

Soyez conscients de vos pensées

Afin de sentir l’assurance d’être à la hauteur d’une relation, d’une réunion, d’un projet ou d’un rôle en particulier, vous devez penser que vous l’êtes. Pour y arriver, vous devez prendre conscience de vos idées et apprendre à les maîtriser. Cela va bien au-delà de la « pensée positive ». Vous devez véritablement avoir confiance en vos moyens. Évidemment, il arrivera que vous n’ayez pas les compétences requises et deviez les développer, mais la plupart du temps, vous saurez quoi faire. Tout ce qu’il vous manque, c’est la confiance en vous-même. 

Apprendre à maîtriser ses pensées

Il faut du temps et de l’énergie pour apprendre à maîtriser ses pensées. Dans un premier temps, nous devons comprendre que la plupart de nos idées ne sont pas maîtrisées. Elles se présentent sans préavis et prennent le contrôle sans que nous ayons le temps de décider, de choisir ou même de comprendre ce qui se passe. Tout comme des enfants non supervisés réussissent très rapidement à se mettre dans le pétrin, vos idées non supervisées peuvent rapidement basculer vers le négatif.

Pour être en confiance, vous devez être en contrôle

Après avoir pris conscience de ce qui se passe dans votre tête, vous pouvez regagner la maîtrise de vos pensées, ce qui vous permettra d’influencer votre dialogue intérieur pour qu’il vous aide à vous sentir plus en confiance. Ainsi, dites-vous :

  • Je suis capable de faire telle chose.
  • J’ai tout ce qu’il faut pour trouver la solution.
  • La conversation ne sera pas facile, mais elle me permettra de grandir et de faire avancer l’organisation.

Le cycle de prise de conscience 

Pour vous entraîner à prendre conscience de vos pensées, et ensuite, à les maîtriser, rappelez-vous les quatre étapes suivantes :

  1. Arrêter – prenez une pause et écoutez vos pensées.
  2. Réfléchir – réfléchissez au ton de vos pensées.
  3. Changer de direction – transformez vos pensées pour qu’elles expriment une attitude positive. 
  4. Avancer – poursuivez votre réflexion de manière intentionnelle et attentive.

Construire votre confiance, un geste à la fois

Je vous présente ci-dessous un exemple de la mise en pratique du cycle de prise de conscience :

Vous devez partir pour une réunion dans quelques minutes et vous réalisez que vous êtes en train de faire les 100 pas dans votre bureau. Pour la productivité, on repassera. Vous avez :
  • vérifié vos courriels à plusieurs reprises;
  • consulté votre fil de nouvelles à répétition;
  • déplacé les piles de papier sur votre bureau;
  • remarqué une certaine tension en train de s’installer dans votre tête.
Ce manque de concentration combiné à une réponse physiologique vous signale le besoin de vous arrêter.
  1. Arrêter : assoyez-vous et prenez une grande respiration. En même temps, connectez-vous à vos pensées, à vos émotions et aux sensations de votre corps. Vous êtes prêt à réfléchir.
  2. Réfléchir : examinez la qualité de vos pensées. Réfléchissez à vos idées, croyances et jugements par rapport à votre capacité à bien gérer la prochaine réunion. Peut-être avez-vous, à voix basse, répété à plusieurs reprises la phrase « cette réunion ne se passera pas bien. » Dans ce cas, votre esprit est en train de vous dire que vous n’êtes pas capable de composer avec la tâche qui vous attend. Vos pensées sont donc en train de miner votre confiance, et il est grand temps de changer de direction.
  3. Changer de direction : choisissez consciemment des idées qui vont solidifier votre confiance, p. ex. « Ce sera une réunion exigeante, mais je suis capable. » Répétez cette phrase à plusieurs reprises, puis levez-vous et avancez.
  4. Avancer : avancez de façon intentionnelle et attentive. Le fait de commencer la réunion en maîtrisant vos pensées et en ayant une attitude positive vous procurera une grande confiance qui s’exprimera dans vos comportements, vos interactions avec les autres et votre mainmise sur l’ordre du jour de la réunion.

De retour aux commandes

En utilisant toutes les étapes du cycle de prise de conscience, vous vous donnez les moyens de prendre conscience de vos pensées et de les maîtriser. De retour aux commandes de votre esprit, vous pourrez faire croître votre niveau de confiance. Oui, ce processus prendra du temps, mais il s’agit de temps bien investi, car une meilleure confiance fera de vous un meilleur dirigeant et vous donnera le sentiment d’être plus engagé ou plus optimiste par rapport à votre travail. Une situation gagnante pour vous et votre organisation.

 

À propos de l’auteur

Kathy ArcherKathy Archer est coach en développement du sens de leadership (en anglais) et aide ses clients à renforcer leur courage et leur confiance pour qu’ils puissent déployer leur plein potentiel. Dans son livre Mastering Confidence (en anglais), elle nous explique comment développer notre confiance intérieure pour prendre notre place, dans nos vies personnelle autant que professionnelle. Pendant ses cours en lignes et séances de coaching en leadership, elle enseigne aux dirigeants d’abandonner le mode « survie » pour s’épanouir dans leur travail et dans la vie, en général.

Nos auteurs invités s’expriment à titre personnel. Leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles d’Imagine Canada.

 

Back to Blog Retour au blogue

Ajouter un commentaire

Nos partenaires nationaux

  • great west life
  • Lawson Foundation
  • Muttart Foundation
  • RBC Foundation
  • Suncor
  • TD Bank
  • investors group

Learn more about our National Partners and other supporters.

Charitable Registration Number: 119218790 RR0001