Imagine Canada

Pour la cause. Pour la communauté.

Dérive de la mission : comment éviter la pente glissante

Mercredi, 1 Mai, 2013
Bulletin mensuel sur la recherche de subventions

Vous l’avez probablement constaté personnellement. Peut-être en tant que spectateur quand ce phénomène s’est produit pour votre organisme de bienfaisance favori ou peut-être quand ce phénomène a modifié votre organisme, en prenant la forme d’une lente montée en puissance à laquelle vous n’avez pas pu résister.  Selon John Paterson, un conseiller en gestion possédant une expérience des organismes sans but lucratif de plus de 20 ans, la dérive de la mission est très répandue au sein du secteur de la bienfaisance.

La cause de la dérive de la mission varie, mais, selon l’expérience de Paterson, la recherche de financement est la cause numéro un de ce phénomène. « C’est la motivation qui les [les organismes] persuade le plus facilement. » Pourquoi? Dans cette concurrence sur fond de maigre financement, il est tentant pour les organismes de bienfaisance d’aller où se trouve l’argent – même si ces sources de financement les font sortir du domaine de leur mission de base – et d’adapter leur stratégie après coup.

Qu’est-ce que la dérive de la mission?

La dérive de la mission se produit quand un organisme sans but lucratif s’éloigne involontairement de sa mission. C’est une distinction importante, car il ne s’agit pas d’une modification délibérée de sa vision stratégique. Les organismes de bienfaisance peuvent adapter leur mission pour mieux répondre aux besoins communautaires et ils le font. Cet article est consacré au premier de ces deux scénarios : celui où un organisme change de cap par inadvertance.

Pourquoi la dérive de la mission est-elle nocive?

Sa mission est la raison d’être d’un organisme. Elle fixe le cap et le but de l’organisme, motive le personnel et les bénévoles, attire les donateurs et les autres partisans et permet d’évaluer les réalisations de l’organisme. Paterson nous explique que votre mission passionne les personnes qui gravitent autour de votre organisme et que s’éloigner de votre mission peut diminuer votre efficacité et le respect de la communauté à votre égard.  « Votre mission que vous avez encadrée avec tant de fierté et accrochée au mur n’a que peu de poids, si vous obtenez de l’argent en vous en éloignant légèrement dans beaucoup d’activités. »

Richard Grassby-Lewis, ancien chef de la direction de NGO Index, met en garde contre le chevauchement des services qui guette les organismes de bienfaisance qui s’adaptent aux possibilités de financement. Ce problème se pose particulièrement quand les organismes ne disposent pas de l’expertise ou des structures nécessaires pour s’aventurer dans de nouveaux secteurs d’activité.

La dérive de la mission peut également affecter involontairement la situation d’un organisme de bienfaisance à l’égard des règles de l’Agence du revenu du Canada (ARC). Un des domaines les plus évidents (mais souvent négligé) de la conformité des organismes de bienfaisance est celui du respect obligatoire de ses objectifs. Un organisme ne peut pas exercer son activité en dehors de ses objectifs, décrits dans ses lettres patentes, son certificat d’association ou sa constitution en personne morale.

Éviter la pente glissante

La transition vers la dérive de la mission passe par diverses nuances de gris et ne vire pas brutalement du noir au blanc. « Je ne pense pas qu’il existe une frontière particulière et que vous vendez votre âme au diable en la traversant, nous explique Paterson.  Plus on laisse cette dérive éloigner l’organisme de sa mission, plus le problème devient grave. »

Paterson conseille aux organismes de bienfaisance de saisir le conseil d’administration de toute possibilité de financement douteuse. « Il est inutile que le conseil d’administration gère l’organisme au jour le jour, mais s’il est possible d’obtenir un financement en s’écartant légèrement de votre mission, c’est un bon sujet de discussion. »  De la même façon, Theresa L.M. Man soutient qu’on ne perd jamais sa mission de vue quand la gouvernance est efficace : son conseil d’administration devrait au moins passer en revue chaque année les programmes d’un organisme de bienfaisance.

Enfin, si votre organisme de bienfaisance commence à présenter les symptômes d’une dérive de sa mission, c’est peut-être le moment de lancer un processus de planification stratégique complet. Bien que ce dernier soit chronophage, c’est le parfait moyen d’éviter de rechercher des satisfactions rapides au détriment des objectifs à long terme.

Mots-clés
Back to Blog Retour au blogue

Ajouter un commentaire

Ce billet de blogue a ete publie dans le Bulletin mensuel sur la recherche de subventions, le bulletin electronique de Connexion subvention. Pour recevoir des conseils pour collecter des fonds, d’articles de blogues, et d’entrevues avec des bailleurs de fonds, abonnez-vous a ce bulletin d’information gratuit!!

Nos partenaires nationaux

  • great west life
  • Lawson Foundation
  • Muttart Foundation
  • RBC Foundation
  • Suncor
  • TD Bank
  • investors group

Learn more about our National Partners and other supporters.

Charitable Registration Number: 119218790 RR0001