-A +A

Imagine Canada

Pour la cause. Pour la communauté.

Super crédit, superbe occasion.

Mardi, 23 Avril, 2013
Notes du PDG

On a dit et écrit beaucoup de choses sur le nouveau super crédit pour premier don de bienfaisance récemment annoncé dans le budget fédéral. Comme pour tout le reste, les opinions ont divergé et continueront de diverger sur son objectif et sur sa valeur. Les opinions se sont échelonnées de réactions très positives à des réactions très négatives. Ma propre réaction se range plutôt du côté positif.

Dans nos discussions avec le personnel du cabinet du ministre des Finances avant le budget, il devenait de plus en plus clair que ce ne serait pas cette fois-ci que nous obtiendrions le crédit d’impôt allongé. Nos interlocuteurs justifiaient cette décision en nous disant que le contexte fiscal actuel ne le permettait pas et que la réduction du déficit figurait au sommet de la liste des priorités. Comme tous ceux qui suivent la scène politique d’Ottawa le savent, le gouvernement n’était pas sur le point d’annoncer plusieurs nouvelles dépenses. L’absence du crédit d’impôt allongé dans ce budget ne nous a pas vraiment surpris.

Cela étant dit, je suis quand même déçu, c’est le moins que je puisse dire, comme la dynamique et le consensus en faveur du crédit d’impôt allongé ont été si positifs depuis quatre ans et que tant de personnes l’ont soutenu, non seulement dans notre secteur, mais aussi sur la Colline du Parlement.

Mais nous finirons par l’obtenir.

Dans nos discussions avec les adjoints du ministre sur le super crédit avant la présentation du budget, on parlait d’une approche progressive qui pourrait mener au crédit d’impôt allongé, le super crédit en constituant la première étape. De plus, on nous assurait que le document budgétaire mentionnerait l’engagement de travailler avec Imagine Canada pour continuer de renforcer les mesures incitatives pour stimuler les dons.

J’étais assez heureux de cet engagement et soyez assurés que nous allons en tirer parti. Bien que le super crédit ne soit pas le crédit allongé et bien que nous ne nous reposerons pas tant que ce dernier ne sera pas mis en œuvre dans son intégralité, je constate avec plaisir que nous sommes parvenus à convaincre le gouvernement de reconnaître enfin la nécessité d’offrir de meilleurs incitatifs, non seulement aux Canadiens plus aisés, mais aussi à l’ensemble des Canadiens pour qu’ils commencent à donner. Nous n’avons cessé de dire depuis le début que la philanthropie ne devrait pas être réservée aux riches. Ce message a été entendu haut et fort. Maintenant, présenté habilement, le super crédit nous permettra de lancer un message convaincant pour sensibiliser l’ensemble des Canadiens à l’importance du don, aussi modeste soit-il.

Les objectifs du crédit d’impôt allongé sont doubles. Le premier but est de convaincre les donateurs qui donnent déjà de donner encore plus (c.-à-d. « en allongeant » leurs dons). Le deuxième but consiste à convaincre ceux et celles qui ne donnent pas de commencer à donner, afin que nous puissions commencer à élargir le bassin des donateurs, un impératif pour les organismes caritatifs en vue de la prochaine décennie.

Le super crédit s’avance sur la voie de ce second objectif, ce qui est vital pendant que nous poursuivrons nos efforts en vue d’obtenir le crédit d’impôt allongé dans son intégralité. Il commence à mettre en place la base et la structure du crédit d’impôt allongé pour les années à venir. On voit souvent, à Ottawa, qu’on annonce des crédits d’impôt, puis qu’on les étoffe et qu’on les consolide au cours des années suivantes. Nous avons également vu des gouvernements provinciaux emboîter le pas de mesures de ce type. Nous l’avons constaté dernièrement avec le crédit d’impôt pour la condition physique. C’est ce que nous garderons en tête pour agir. Le super crédit ouvre la voie au futur crédit d’impôt allongé.

Il convient également de signaler que ce nouveau crédit en soi n’est certainement pas une mesure sans importance. On estime que ce programme de 5 ans coûtera 125 millions de dollars au gouvernement fédéral. Ce nouveau crédit pour les Canadiens qui donnent pour la première fois, augmente les crédits d’impôt actuels de 25 pour cent (le crédit d’impôt de 15 pour cent pour les dons de moins de 200 dollars passe à 40 pour cent, tandis que le crédit d’impôt de 29 pour cent pour les dons de plus de 200 dollars passe à 54 pour cent). À titre de comparaison, nous avons réclamé une augmentation de dix pour cent pour tout le crédit d’impôt allongé. Ajoutez à cela les taux provinciaux et cet incitatif pourrait devenir extrêmement efficace pour convaincre les Canadiens de commencer à donner.

En revanche, la responsabilité de faire passer le mot pèse maintenant sur nos épaules. Quand nos nouveaux donateurs seront convaincus, notre défi consistera à trouver des moyens innovants pour les fidéliser. De plus, il faudra faire la collecte de données pendant les prochaines années pour être en mesure de démontrer l’impact de cet incitatif pour les Canadiens. Cela nous aidera à plaider la cause du crédit d’impôt allongé.

En conclusion, bien que ce nouveau crédit d’impôt ne soit pas tout ce que nous recherchions, nous disposons maintenant d’un outil additionnel pour commencer à élargir l’assise des donateurs. Donc, mettons-nous au travail et sachons saisir l’occasion!

Back to Blog Retour au blogue

Ajouter un commentaire

Nos partenaires nationaux

  • great west life
  • Lawson Foundation
  • Muttart Foundation
  • RBC Foundation
  • Suncor
  • TD Bank
  • investors group

Learn more about our National Partners and other supporters.

Charitable Registration Number: 119218790 RR0001