Imagine Canada

Pour la cause. Pour la communauté.

Tirez-vous pleinement profit de vos données?

Mardi, 27 Juin, 2017
Blogue invité
Source OSBL
Heather Krause

On ne peut sous-estimer la valeur des données.

Les données sont indispensables pour bien comprendre l’incidence de votre travail, elles alimentent la réflexion en vue de prendre des décisions et elles peuvent vous aider à décider de l’allocation de vos ressources, du poids que vous voulez accorder aux différentes priorités et de vos projets futurs.

En l’absence de données qui vous permettent de mesurer l’impact de votre travail, il est impossible de savoir si vos efforts font une réelle différence et, dans l’affirmative, si la différence se produit aux endroits souhaités. Changez-vous vraiment le monde ou est-ce seulement quelque chose que vous espérez faire? Que votre organisation soit grande ou petite, en démarrage ou bien établie, vous ne pouvez vous passer des données vous permettant de mesurer votre impact et d’en parler au monde entier.

Malheureusement, la collecte de données coûte souvent très cher et exige un important investissement de temps.

Alors, que pouvez-vous faire?

En combinant les données de plusieurs projets, vous obtiendrez une meilleure compréhension de l’impact de votre investissement et pourrez économiser sur le coup. En effet, une vue d’ensemble de notre travail nous permet souvent de comprendre l’impact cumulatif de différents projets.

Vers un usage collectif des données

J’ai travaillé avec de nombreux ensembles de données au cours des dix dernières années. Le plus souvent, ils n’ont servi qu’une seule fois. J’ai vu des organismes collecter des données semblables à celles compilées par leurs partenaires ou pairs, les analyser puis, les enfermer dans une base de données. J’ai été stupéfiée par ce gaspillage virtuel laissant sur la table tant de précieuses connaissances.

J’aimerais donc faire valoir quelques exemples, tant à l’échelle nationale que provinciale et organisationnelle, où différents acteurs ont opté pour la collaboration dans le but de combiner les données compilées par leurs projets respectifs. Ils ont tous en commun l’idée de partage des données par plusieurs équipes, groupes ou organisations, et comme vous allez voir, nul besoin d’une infrastructure impressionnante ou d’un budget colossal pour profiter du plein potentiel du partage des données.

Royaume-Uni : données en matière de justice

New Philanthropy Capital (NPC), un organisme britannique, a été fondé comme un organisme de bienfaisance en 2002, mais a depuis évolué et a forgé sa réputation comme groupe de réflexion et boîte de consultation à l’intersection des organismes sans but lucratif et des bailleurs de fonds. Son projet Justice Data Lab (JDL) est né du besoin des organismes œuvrant auprès de détenus de mesurer l’impact de leur travail.

Les données fournies par JDL sur les taux de récidive ont permis à ces organismes de cerner les programmes de réhabilitation les plus efficaces et de mesurer l’impact de leurs efforts. Sans les données combinées préparées par JDL, ces organismes n’auraient pu avoir accès à l’image globale dépeinte par cette information.

Alberta : données sur les enfants et les jeunes

Dans l’Ouest canadien, les fonctionnaires albertains se sont rendu compte qu’en combinant les données de plusieurs projets, ils seraient mieux outillés pour comprendre et mesurer l’impact des programmes et politiques élaborés pour les enfants et les jeunes, qui représentent à la fois les citoyens les plus jeunes et les plus vulnérables de la province et son avenir.

Le gouvernement albertain a donc créé le Child and Youth Data Lab dans le but de réunir les données accumulées par les ministères responsables respectivement des services aux citoyens, des relations avec les Autochtones, de l’éducation, de la santé et de la justice afin dresser un portrait complet de l’incidence des programmes et politiques individuels sur la vie de jeunes Albertains. La collaboration et la communication interministérielles ont permis à chaque organisation de voir au-delà du petit morceau de casse-tête qu’est son propre champ de compétences.

Afrique et Asie : des données à l’appui du développement international

Plusieurs équipes chapeautées par l’organisation d’aide au développement CARE ont reconnu que l’intégration des données stockées en silo par chacune d’entre elles pourrait révéler des informations précieuses sur des tendances locales et nationales.

C’est pourquoi elles ont procédé à la combinaison et à l’analyse (anglais) des données provenant de trois initiatives distinctes (Strengthening the Dairy Value Chain, Pathways to Secure Livelihod et Link Up), ce qui a permis de constater un impact au-delà des attentes. Ainsi, le travail de CARE axé de prime abord sur l’amélioration des moyens de subsistance et de la sécurité financière des personnes vivant dans des communautés rurales en Afrique et en Asie permettait aussi d’accroître de façon significative l’autonomie des femmes dans ces domaines. Cette réalité représentait un gain énorme pour les projets, les communautés et les femmes concernés.

Pour et contre le partage des données

La combinaison des données provenant de divers projets permet de réutiliser de l’information qui, traditionnellement, n’aurait servi qu’une seule fois avant d’être archivée. Les possibilités de réutilisation sont infinies et permettent toujours de générer nouvelles connaissances.

Or, qu’en est-il de la protection des renseignements personnels? Et que dire au sujet de la cohérence des données?

De nos jours, les analystes disposent de plusieurs moyens pour protéger les renseignements personnels et assurer la cohérence des données lorsqu’ils réunissent plusieurs ensembles de données. Je vous en présenterai quelques-uns dans un processus d’étape par étape ci-dessous. Un nettoyage méticuleux des données permet de protéger la sécurité de l’information, cependant, en réalité, les avantages de la combinaison des données (anglais) dépassent de loin les préoccupations qu’elle peut soulever. Ainsi, les avantages comprennent :

  • des échantillons plus grands,
  • des résultats moins biaisés,
  • des données plus représentatives du contexte culturel,
  • la capacité de distinguer les tendances locales et globales.

Des données exactes et « vertes »

On parle de données « vertes » non seulement pour faire un parallèle avec la pratique environnementale de réutilisation des ressources, mais aussi pour mettre en valeur la prolongation de la vie utile des données grâce au partage. Au lieu de dormir sur un disque dur après une seule utilisation, vos données pourraient subsister longtemps.

Les données collectées par une seule organisation ou dans le cadre d’un partenariat peuvent souvent être réutilisées aux fins de collaboration à plus grande échelle. Vous n’avez qu’à investir quelques efforts pour protéger les renseignements personnels et procéder à un étalonnage statistique afin de pouvoir combiner, comparer et réutiliser vos données, et ainsi maintenir leur valeur pendant longtemps.

Suivez ces quelques étapes toutes simples :

  1. Faites un nettoyage méticuleux de chaque ensemble de données. Pour ce faire, vous devez bien comprendre la mesure prise par chacun des indicateurs. (Créez la biographie de vos données [anglais] si vous n’êtes pas certain de bien les connaître.)
  2. Procédez à l’étalonnage des ensembles de données et assurez-vous que toutes les échelles vont dans la même direction, c’est-à-dire qu’un chiffre plus élevé correspond toujours à un résultat positif.
  3. Éliminez toute information d’identification personnelle, y compris le nom et la date de naissance, et remplacez-la par un identificateur unique.
  4. Combinez les ensembles de données.
  5. Analysez le résultat pour évaluer l’ensemble des données tout en vérifiant l’information des différents projets. (La régression multiple est la technique par excellence, mais vous pouvez également utiliser d’autres types d’analyses.)

Quels que soient la taille, l’étendue ou le sujet principal de votre projet, il y a fort à parier que vous pourriez bénéficier des données compilées par d’autres organisations, et vice versa, afin de dresser un portrait plus complet de la situation ou fournir de l’information plus approfondie sur votre travail. Alors, n’attendez plus et partagez vos données pour leur permettre une longue vie!

À propos de l’auteure

Heather KrauseHeather Krause est la fondatrice et scientifique principale spécialiste des données chez Datassist, une entreprise canadienne qui aide les organismes sans but lucratif et d’autres organisations du secteur social dans la préparation de mesures d’évaluation d’impact, de rendement des affaires et de rendement social des investissements. Elle est passionnée par l’avancement des connaissances et l’analyse avancée en matière de données dans les domaines des OSBL, des politiques publiques et du journalisme informatique.

Nos auteurs invités s’expriment à titre personnel. Leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles d’Imagine Canada.

Back to Blog Retour au blogue

Ajouter un commentaire

Nos partenaires nationaux

  • great west life
  • Lawson Foundation
  • Muttart Foundation
  • RBC Foundation
  • Suncor
  • TD Bank
  • investors group

En savoir plus sur nos partenaires nationaux et autres commanditaires.

Numéro d’enregistrement d’organisme de bienfaisance : 119218790 RR0001